L'heure est, parait-il, aux économies. A Nantes métropole, c'est surtout sur le dos du personnel, notamment lors des départs en retraite.

Ceux-ci sont devenus un passage délicat dans la vie d'une équipe. Alors que cette étape devrait être un moment de fierté partagée, entre un ancien qui transmet son métier et un nouveau qui le découvre, c'est devenu un poids pour le reste de l'équipe. A chaque départ, les directeurs et chefs de service sont tenus de justifier le travail réalisé par la personne qui part en retraite. A se demander s'ils étaient au courant avant du travail fourni. Ce n'est pourtant pas faute de remplir des tableaux toute l'année sur l'activité...

 

Un exemple récent: le pôle Loire Chézine et les chauffeurs de camion benne.

 

Ces derniers conduisent des camions pour le transport de matériel en tout genre, matériaux pour les routes, enrobé, terre pour refaire des talus, béton pour différents travaux. Ils débarrassent aussi tous les dépôts sauvages. Vous ne les remarquez en général que lorsque vous êtes derrière eux sur la route.

 

Au pôle Loire Chézine, un chauffeur est parti en retraite sans être remplacé. L'équipe de quatre se retrouve à trois et cela se ressent sur le terrain, l'agent retraité effectuant un travail réel (Et oui, les fonctionanires travaillent pour de vrai!) Bien qu'un chauffeur de tracto-pelle apporte un renfort  ponctuel, cette aide ne suffit pas. Il est donc demandé aux maçons-paveur*, dont certains ont leur permis poids-lourd, de le remplacer. Certains acceptent mais un refuse avec juste raison. Car si on peut accepter un tel remplacement pour une absence imprévue de quelques jours, couplée à une vrai urgence sur le terrain, il est hors de question de l'accepter dans un cas comme celui-ci. Il manque réellement un poste.

 

Et quand bien même la charge de travail correspondante ne serait que de 80%, il manque de toute façon, une personne physique bien réelle. Travailler à flux tendu en personnel n'est possible que dans les tableaux des gestionnaires, pas sur le terrain. Et c'est aux agents de maîtrise ou aux techniciens de trouver des solutions pour pallier ces manques de personnel, pas aux directeurs de monter au front. Et encore moins aux élus d'assumer les conséquences de leur choix.

 

 

maçon-paveur: personne qui répare la voirie

 

 

 

  • LOI TRAVAIL 2 et AUSTERITE

    public et privé, tous concernés pour nos droits et nos salaires

    Le 12 septembre 2017

    TOU.TE.S EN GREVE !

     
  • Fonctions publiques:

    Manif pour les créations de postes et augmentation du point d'indice

    7 mars 2017 à 11h

    devant le CHU à Nantes

     

 Derniers articles en ligne

Copyright © 2017 Site de la CGT Nantes métropole - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public