Déshabiller Pierre pour habiller Paul… et gagner les élections municipales

 

Notre bonne direction générale n’a de cesse de se répandre en bruyantes lamentations sur le funeste sort d’une communauté urbaine étranglée financièrement par la diminution drastique des dotations de l’Etat. Toutefois, et dans le même temps, elle organise sciemment et planifie méthodiquement l’appauvrissement budgétaire de Nantes Métropole.

 

Comment ? Par un savant tour de passe-passe budgétaire dont l’unicité de la direction générale et l’identité de l’exécutif entre les deux structures, ville de Nantes et Nantes métropole, rendent possible la discrète mise en œuvre. Il s’agira ainsi,

au motif ronflant du nécessaire « renforcement du fait communautaire », de transférer, avec les agents qui y travaillent, les plus importants équipements culturels et sportifs municipaux de la ville  à Nantes Métropole: musée d’arts, château des Ducs, musée d’histoire naturelle, Palais des sports de Beaulieu, stade de la Beaujoire...

Que de rondelettes économies en perspective pour la Ville si on considère les 120 millions d’euros d'investissements programmés sur ces équipements! On comprend mieux que notre PPI* soit en lambeau !

 

A quelles fins ? Maintenir, envers et contre tout, l’équilibre financier de la Ville de Nantes et permettre à l’actuelle équipe municipale de s’enorgueillir de sa bonne gestion. Ce qui, stratégiquement parlant, pourrait être fort utile au titre des échéances électorales de 2020 (et oui, ils y pensent déjà !) dont il ne faut pas être grand-clair pour deviner qu’elles se concentreront plus sur les questions municipales que sur l’état des finances communautaires.

 

Mais nos illusionnistes et autres joueurs de bonneteau ne s’arrêtent pas là. Ainsi, envisagent-ils également de confier à Nantes Métropole, toujours en lieu et place de la Ville, le financement (total ou partiel) des grands évènements culturels (Folle journée, Créations de Royal de Luxe,…) et le subventionnement des clubs sportifs de haut niveau (FCNA, HBCN,…). Ce qui pourrait représenter entre 3 et 6 millions d’euros par an.

 

Le résultat ? Des finances métropolitaines exsangues et l’obligation prochaine pour les habitants des communes périphériques de « payer » le développement de la ville-centre et la réélection des édiles actuels.

C’est peut-être cela finalement le « renforcement du fait métropolitain »…

 

*PPI: plan pluriannuel d'investissement

  • Salarié-e-s du public, du privé, retraité-e-s, indépendants et jeunes

    Jeudi 21 septembre,

    TOUS ENSEMBLE, en GREVE et dans la RUE !

    A Nantes : 14h30 - Commerce

     
  • LOI TRAVAIL 2 et AUSTERITE

    public et privé, tous concernés pour nos droits et nos salaires

    Le 12 septembre 2017

    TOU.TE.S EN GREVE !

     

 Derniers articles en ligne

Copyright © 2017 Site de la CGT Nantes métropole - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public