En plaçant l’individu et ses réactions émotionnelles au centre de son analyse et de ses techniques, le dogme du management veut faire advenir un homme nouveau (cf. annexe « Le Leader, figure héroïque de la nouvelle quête managériale »). Il ambitionne ainsi de faire de nous des  « leaders, » figure héroïque de la nouvelle épopée managériale, super-héros des temps modernes, individu hors-norme doté d’une essence supérieure.

A cette fin, l’individu doit devenir son propre objet de gestion, l’ «entrepreneur de lui-même». Il doit développer une parfaite maîtrise de son comportement et de ses émotions et intérioriser les attentes de l’organisation. Une fois passée dans la grande lessiveuse du management, il doit ainsi être en mesure d’exclure du registre de l’expression de soi tout le spectre des émotions et pensées jugées « négatives », sentiments de tristesse, colère, rage, découragement, critiques, etc., expressions que l’on tend aujourd’hui à pathologiser (et non à renvoyer à des causes organisationnelles). Il doit être habité d’un optimisme béat (« Je suis […] optimiste dans mes actions quotidiennes » - « Lab’cadres » du 19 décembre 2013) 1, être sans aspérités (« Je veille à être d’humeur égale et agréable quels que soient mes soucis 2) et dénué de conviction (« Je fais abstraction de mes convictions personnelles dans le sens donné aux actions menées par la collectivité 3 »).

Sous couvert d’un discours vantant le « développement de soi » et promettant l’ « épanouissement personnel », le seul objectif poursuivi à travers cette mutation de la psychologie même de l’individu est sa pleine adaptation aux nouvelles conditions de travail et à la nouvelle culture de la performance. Et ce, sous une forme de servitude volontaire.

Aussi, en tant qu’homme nouveau, l’accouchement managérial fait naître une sorte de mollusque sous Tranxene, frisant la débilité mais ayant à ce point intégré en son fort intérieur les exigences et « valeurs » de l’organisation qu’il ne vit que pour et par elle.

 

Voilà à quoi ressemble le cauchemar managérial !

 

1  La 4ème édition du « Rendez-vous des cadres » se clôturera par l’intervention de Luc Simonet, fondateur de la Ligue des Optimistes. Cela ne s’invente pas ! L’article d’Intranet du 23 avril 2014, déjà cité, nous gratifie d’une citation de cet adepte de la pensée positive : « Une belle vie est un privilège réservé aux personnes conscientes que leur liberté consiste à se risquer sur les chemins audacieux de la créativité… L’audace contient du génie, de la puissance de la magie ! ». Alors, les pauvres, les opprimés, les malheureux, cessez de geindre, cessez de chouiner parce que vous avez rien à bouffer, que vous êtes mal-logés, que vos enfants n’ont rien à Noël ! Retournez-vous les manches, mettez-vous un bon coup de pied au fondement et souriez bordel ! Le bonheur est à portée de main. « Quand on veut, on peut gamin !», disait ma grand-mère.

2 Guide, p.20

3 Guide, p.12

 

wizz management

  • Loi travail XXL, ordonnances Macron

    manif à Nantes, place du Commerce

    16 novembre 2017,  10h

    + picnic et occupation de l'espace public

     
  • Rifseep cadres A: Rassemblement devant le Comité technique

    mardi  14 novembre 2017 

    à 14h devant la champ de Mars

     

 Derniers articles en ligne

Copyright © 2017 Site de la CGT Nantes métropole - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public