Les images du centre ville de Nantes ont fait le tour des médias, qui surfent sur ce genre d' évènements pour faire de l'audience. La société récolte ce qu'elle sème: il faut du sensationnel pour être écouté ? Les citoyens n'arrivent pas à se faire entendre ? Un million de manifestants pacifiques en 2010 pour la retraite à 60 ans, des sondages majoritaires pour les soutenir et pour quel résultat?

 

Alors faut-il s'étonner de ce qui arrive ? Pour autant, il faut relativiser car au final, qu'y a-t-il eu ?

Une grue de chantier de Vinci incendiée pendant plusieurs heures sans que les pompiers n'interviennent.

Des tags et inscriptions un peu partout, particulièrement sur les banques. Des pavés déscellés dans les rues.

L'agence Vinci saccagée, quelques commerces abîmés, des locaux de la Tan (société en charge des transports) incendiés, là encore sans jamais que les pompiers n'interviennent pour éteindre l'incendie. Pourquoi ?

 

Beaucoup de dégâts matériels donc, dont certains très ciblés.

 

Côté CRS, gaz lacrymogènes, canon à eau,  LBD*, grenades assourdissantes.  Des armes violentes contre des personnes pas ciblées du tout. Tout le monde pouvait être visé sans discernement. Un jeune homme a perdu un œil, à cause d'un tir à bout portant, ce n'était pas un casseur. Les gens qui les ont secourus ont du se réfugier dans un parking souterrain car les CRS continuaient à leur tirer dessus.

 

Les tags seront effacés, les vitrines redressées, les locaux reconstruits, les pavés reposés, grâce au travail de gens de terrain. Le jeune, lui, ne retrouvera pas son œil.

 

La veille de la manif, un homme s'est pendu dans son bureau dans un Monoprix. Il ne supportait plus les conditions de travail imposées. Qui en a parlé ? Ce même week-end, une femme, battue par son mari, est entre la vie et la mort. Que fait le ministère de l'intérieur pour protéger les plus faibles ?

 

La violence des riches est bien plus violente, mais elle sait rester cachée, invisible, sans visage. Les milliardaires et actionnaires sont bien loin, à l'abri des débordements de Nantes.

 

 

Les dix personnes les plus riches en France gagnent 135 milliards ! La remise en état de la ville va coûter un million d'euros : 6 mois de salaire du patron de Sanofi, et on doit les payer sur nos impôts ? Pourquoi pas sur ces 135 milliards ?

La BNP, une des banques tagguées, a plus d'une centaine de filliales dans les paradis fiscaux. C'est un détournement de fonds parfaitement organisé et qui n'est légal que parce que le législatif laisse faire. Il faut d'urgence une autre politique fiscale.

 

La CGT de Nantes métropole ne s'est pas positionnée sur le transfert ou non de l'aéroport. Mais les citoyens ont le droit de s'exprimer et le débat doit pouvoir s'enrichir d'opinions diverses. 40 000 personnes, 520 tracteurs, c'est un succès pour les organisateurs que les pouvoirs publics doivent entendre.

 

Nous ne cautionnerons jamais la casse des services publics car c'est se tromper de cible.

Mais nous ne pouvons accepter la violence policière et le traitement fait pas les médias sur ces évènements.

L'explosion des inégalités et le mépris des plus riches est bien au au coeur de la violence et il est très urgent de s'y attaquer.

 

Le bureau du syndicat

 

 * LBD: lanceur de balles défensives. Une des marques est connue: Flash-ball

 

  • Salarié-e-s du public, du privé, retraité-e-s, indépendants et jeunes

    Jeudi 21 septembre,

    TOUS ENSEMBLE, en GREVE et dans la RUE !

    A Nantes : 14h30 - Commerce

     
  • LOI TRAVAIL 2 et AUSTERITE

    public et privé, tous concernés pour nos droits et nos salaires

    Le 12 septembre 2017

    TOU.TE.S EN GREVE !

     

 Derniers articles en ligne

Copyright © 2017 Site de la CGT Nantes métropole - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public