DGRN: la sous-traitance invisible?


Au sein du DGRN (direction informatique), la sous-traitance revêt de multiples formes. Elle est singulièrement transparente  pour les agents de Nantes Métropole.


Exemple du STP: Le dépannage informatique, dit le STP, au 0811.701.701.


La personne qui répond au n° de dépannage est un salarié de la société TIBCO. Deux cas de figures quand il prend l’appel: soit il vous dépanne tout de suite et l’appel est clos, soit il transmet à un technicien du DGRN. On parle alors de deuxième niveau. La société TIBCO étant pénalisée si trop d’appels reviennent au DGRN, les dépanneurs sont briefés pour clore le dossier rapidement.
Coût de cette externalisation:10 postes par an.
La facturation est forfaitaire sur une année, de l'ordre de 270000€ par an, soit 10 postes de catégorie C.
De plus, cette gestion externe impose en interne du travail supplémentaire: formation du personnel Tibco à nos logiciels,
procédures pour garantir la sécurité du système, pour permettre la prise de main à distance, l’accès à la base de données des utilisateurs... Et comme tous les marchés, c'est beaucoup de temps passé à leur gestion au détriment d'un réel travail technique.


Exemple ODIMA: Depuis 10 ans, c’est quasiment 5 salariés de ODIMA, installés Tour Bretagne, qui développent et pilotent des projets au DGRN. Un logiciel développé en«interne»est très souvent en réalité développé par cette société. Et depuis 10 ans,
c'est toujours ODIMA qui est titulaire du marché.
Drôle de manière de faire jouer la concurrence!


Mais c'est évidemment plus simple d'avoir toujours les mêmes salariés. Imaginez,sinon:chaque nouveau développeur doit comprendre notre organisation, notre arborescence, toutes les procédures du DGRN, maîtriser les logiciels et versions utilisées.
Donc on prend les mêmes, c’est du temps gagné.
Pourquoi ne pas embaucher directement?
Cela coûterait moins cher, tous les rapports le disent. De plus c’es tillégal d’avoir des prestataires permanents sur site.
Une raison invoquée estl e manque de candidat saux postes. Mais si Nantes métropole envoyait un signal fort aux développeurs de la région, sur sa volonté de pérenniser les développements, de favoriser la création en interne de logiciels (qu ipourraient d’ailleurs être réutilisés par d’autres), il est probable que les appels à candidature verraien taffluer les candidats.

  • Salarié-e-s du public, du privé, retraité-e-s, indépendants et jeunes

    Jeudi 21 septembre,

    TOUS ENSEMBLE, en GREVE et dans la RUE !

    A Nantes : 14h30 - Commerce

     
  • LOI TRAVAIL 2 et AUSTERITE

    public et privé, tous concernés pour nos droits et nos salaires

    Le 12 septembre 2017

    TOU.TE.S EN GREVE !

     

 Derniers articles en ligne

Copyright © 2017 Site de la CGT Nantes métropole - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public