Gel des salaires et augmentation du prix des denrées pour les consommateurs

= une grosse baisse du pouvoir d'achat qui s'annonce

pouvoir_achat

 

Bénéfices record et actionnaires gavés

En 2011, les actionnaires des entreprises du CAC 40 se partageront 40 milliards d'Euros de dividendes, soit 13 % de plus qu'en 2010, quand les salaires ne progresseront de leur côté que de 2 % et les pensions de 1 %.



Avec plus de 80 milliards d'euros de bénéfices en 2010, les sociétés du CAC 40 se rapprochent de leur record de 2007 ; soit une progression de 86 %

Bénéfices record pour le groupe Total, la BNP Paribas, la Société Générale et le Crédit Agricole. Du côté de la grande distribution, Carrefour et Auchan non inscrites au CAC 40 enregistrent une hausse de 61 % de leurs bénéfices.

En dépit du bon sens, le MEDEF, le gouvernement et la Banque centrale Européenne se rejoignent en déclarant qu’il ne faut pas augmenter les salaires. Chacun à sa manière répond aux exigences des actionnaires, du marché. Cerise sur le gâteau, les chefs d’État au sommet Européen des 24 et 25 mars 2011, dans le cadre du pacte de compétitivité, ont décidé la modération salariale. En termes non diplomatiques ils invitent le patronat Européen à ne pas augmenter les salaires.

La valse des étiquettes

L’inflation en 2011 devrait se situer entre 1,8 % et 1,9 %, ce qui veut dire que la progression du pouvoir d’achat des salaires va être nulle cette année. Il y a même un fort risque qu’elle soit négative.

Les trois premiers mois de l’année 2011 commencent de plus en plus à faire très mal au porte-monnaie des consommateurs français car c’est l’ensemble des produits de consommation nécessaires à la vie quotidienne qui augmente :
Le pain : 5 à 7 %
Les pâtes : 5 à 10 %
La farine : 15 à 20 %
Les biscuits : 3 à 10 %
L’huile : 5 à 8 %
Le beurre : 4 à 8 %
Le fromage : 2 à 4 %
Le café 10 à 20 %

La liste s’allonge avec les loyers, les frais de santé, les assurances, la téléphonie, la fourniture d’énergie et les carburants.

Il est temps d’agir pour imposer :

- L’augmentation des salaires et des pensions.
- Le blocage des prix.
- Instaurer la négociation sur les marges.
- Instaurer le contrôle des prix.


Pour en savoir plus, n’hésitez pas à lire l’article complet de l’INDECOSA en suivant ce lien.

  • LE 22 MAI

    Pour des services publics

    Au service de toutes et tous...

     
  • RASSEMBLEMENT

    JEUDI 19 AVRIL 2018

    GREVE NATIONALE ET INTERPROFESSIONNELLE

    NANTES A 14H30

    PLACE DU COMMERCE

     

 Derniers articles en ligne

Copyright © 2018 Site de la CGT Nantes métropole - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public